Ptose mammaire: comment remonter des seins qui tombent ?

Ptose mammaire: comment remonter des seins qui tombent ?

La ptose mammaire, correspond à des seins qui tombent. Elle peut être associée à une hypertrophie mammaire, une perte de volume importante ou être juste due à un relâchement cutané lié à l’âge et la qualité de peau. C’est un motif fréquent de consultation, qui peut être corrigé de plusieurs façons, en fonction du volume mammaire disponible.

Plusieurs situations peuvent donc se présenter, avec différentes options chirurgicales.

Ptose mammaire avec excès de volume

L’hypertrophie mammaire est un problème fréquemment rencontré chez les femmes, avec souvent un retentissement fonctionnel (douleurs cervicales, gêne à la pratique du sport…) en plus du retentissement esthétique. Elle correspond à un excès de tissu glandulaire et/ou graisseux associé à une chute du sein, qui tombe du fait de l’importance du volume mammaire et du poids de la poitrine.  La plastie mammaire de réduction est l’intervention qui permet de traiter l’hypertrophie. Elle associe :

  • Réduction de l’aréole et du mamelon
  • Réduction de volume
  • Réascension de l’aréole et du mamelon
  • Résection de l’excès de peau permettant de remonter le sein

Une cicatrice en T ou “ancre de marine” est généralement indispensable.

Cette intervention peut être prise en charge en partie par la sécurité sociale et donc donner un droit à un remboursement d’une partie des honoraires par votre mutuelle.

Ptose mammaire avec volume suffisant

Le lifting mammaire ou mastopexie, va permettre de remonter le sein et de regalber la poitrine. On va enlever l’excès de peau, remonter l’aréole et le mamelon et reconcentrer la glande pour obtenir une belle silhouette et un joli galbe

Selon l’importance de la ptose, 3 types de cicatrices sont possibles :

  • Cicatrice autour de l’aréole : Round Block (pour les petites ptoses)
  • Cicatrice autour de l’aréole et verticale (en I)
  • Cicatrice autour de l’aréole, verticale et horizontale (en T ou Ancre de marine)

Contrairement à la réduction mammaire, cette intervention est purement esthétique et donc ne donne pas droit à un remboursement par la sécurité sociale et la mutuelle.

Ptose mammaire avec perte de volume

C’est souvent le cas après un amaigrissement important ou suite à des grossesses/allaitement. Le sein est tombant et vidé.

Il existe alors 2 situations : soit la ptose est modérée et la patiente souhaite augmenter de façon relativement importante le volume, soit la ptose est trop importante et/ou la patiente souhaite augmenter de façon modérée le volume

  • Ptose modérée avec augmentation importante souhaitée

L’augmentation du volume, que ce soit avec de la graisse (lipofilling) ou à l’aide de prothèses mammaires, peut être suffisante pour permettre de retendre la peau et donc de remonter la poitrine sans avoir à enlever de la peau et donc à faire de cicatrices supplémentaires.

  • Ptose trop importante et/ou augmentation modérée souhaitée

Dans ces cas-là, il faut associer au lipofilling ou à la mise en place des prothèses, un lifting mammaire pour enlever la peau en excès. Lorsqu’on utilise des prothèses, on appelle cette technique la « mastopexie-prothèse ». Elle permet, grâce aux prothèses, de regalber la poitrine et notamment d’obtenir un joli décolleté bien rempli.

Pourquoi des cicatrices pour un lifting mammaire ?

Pour bien comprendre, il faut voir la peau comme le contenant, et la glande comme le contenu. La ptose mammaire se définie par un excès de peau, par rapport au contenu (la glande ou la graisse).

Le lifting mammaire a pour objectif de reconcentrer le volume dans une plus petite enveloppe cutanée. En gros, on réduit le contenant et on l’adapte au contenu pour que les 2 soient bien ajustés l’un à l’autre. Ainsi, l’excès de peau (contenant) doit être enlevé, et donc des cicatrices sont indispensables. Dans quelques cas (ptose modérée et/ou augmentation de volume importante), une cicatrice autour de l’aréole appelée « Round block » peut être suffisante mais dans la majorité des cas, une cicatrice en T sera inévitable. Ces cicatrices deviennent fines et très discrètes après plusieurs mois.

Cicatrices réduction mammaire

Comment se déroule l’intervention ?

Dans tous les cas, une anesthésie générale est indispensable. L’hospitalisation est en ambulatoire ou parfois une nuit.

Les dessins pré-opératoires sont effectuées sur la patiente en position debout avant l’anesthésie. Ensuite, le chirurgien va enlever la quantité de glande et de graisse nécessaire pour obtenir le bonnet décidé en consultation avec la patiente. Ensuite, l’aréole et le mamelon sont remontés et la peau est redrapée après avoir enlevé celle en excès. Le volume mammaire est alors reconcentré dans son nouvel étui cutané. Les sutures sont effectuées avec des fils résorbables et un pansement compressif est mis en place pour la première nuit. L’intervention est peu douloureuse et dure généralement 1h30.

Comme pour réduction mammaire, des dessins pré-opératoires sont effectués avant l’anesthésie générale. L’intervention consiste à enlever l’excès de peau et remonter l’aréole et le mamelon pour reconcentrer le volume du sein dans une plus petite enveloppe cutanée et obtenir un joli galbe et une poitrine plus harmonieuse Les fils utilisés sont résorbables, l’intervention peu douloureuse et dure environ 1h-1h30. La mastopexie est généralement faite en ambulatoire.

  • Mastopexie-Prothèse :

Là encore, des dessins pré-opératoires sont effectués. La prothèse est mise en place, généralement par une voie sous mammaire, derrière le muscle. Ensuite, le chirurgien adapte la place de l’aréole et du mamelon ainsi que résection de peau au nouveau volume obtenu pour remonter le sein et bien redessiner la poitrine. Parfois, des drains sont mis en place. Les sutures sont faites avec du fil résorbable et un pansement compressif est mis en place pour la première nuit. L’intervention dure entre 1h30 et 2h30 et les douleurs sont calmées par des antalgiques simples.

Quelles sont les suites opératoires ?

Dans tous les cas, il existe en post-opératoire immédiat un léger œdème qui va se résorber dans les jours qui suivent l’intervention. La poitrine est donc très galbée et gonflée, notamment dans le décolleté mais dans les semaines qui suivent, le sein va se dérouler et reprendre une forme plus naturelle.

La convalescence est d’environ 10-15 jours selon l’intervention.

Une brassière de contention est à porter pendant 4 à 6 semaines.

Les activités physiques à éviter pendant 45 jours environ.

Des soins locaux sont à effectuer sur les cicatrices pendant les premiers jours, puis après le premier mois, des massages avec une crème hydratante permettront d’optimiser la cicatrisation.

En conclusion

Les seins qui tombent peuvent être associés à une hypertrophie ou hypotrophie mammaire, entrainant selon l’importance de la ptose l’utilisation de prothèses , de lipofilling ou une réduction du volume et la présence de cicatrices de taille variable. La consultation avec le chirurgien est donc indispensable pour trouver la meilleure alternative dans chaque situation.

Laisser un commentaire