CHIRURGIE RÉPARATRICE

Reconstruction mammaire
après cancer

Le cancer du sein touche 1 femme sur 8, faisant de la reconstruction mammaire un des enjeux majeurs de la chirurgie réparatrice.
En effet, elle permet de reconstruire un sein après une mastectomie (ablation du sein), redonnant de la confiance en soi et du courage chez des patientes ayant traversé l’épreuve du cancer.
Le terme reconstruction mammaire regroupe plusieurs catégories, reconstruction immédiate ou différée, autologue ou prothétique…
Le Dr SILHOL a travaillé pendant plus de 3 ans dans le service de chirurgie réparatrice du Pr Lantieri à l’Hôpital Européen Georges Pompidou à Paris, un des centres de référence en reconstruction mammaire dans le monde.
Il vous apportera en consultation tous les éléments permettant de trouver la bonne technique de reconstruction adaptée à votre cas.

Chirurgie réparatrice

Reconstruction mammaire

Définitions

Ablation ciblée de la tumeur, sans enlever l’intégralité du sein.

La reconstruction se fait en même temps que l’ablation du sein. Le plus souvent, la peau du sein peut être conservée (ablation de la glande seulement) permettant une reconstruction optimale, sans passer par les séquelles physiques d’une mastectomie totale.

la reconstruction utilise les propres tissus de la patiente. Le lipofilling et les lambeaux pédiculés (grand dorsal) ou libres (DIEP) en font partie.

Dans certains cas, l’utilisation complémentaire de lambeaux, de lipofilling et de prothèses peut être indiquée.

Ablation du sein, le plus souvent suite à un cancer du sein. Elle peut être totale ou partielle (tumorectomie).

Certains cancers agressifs nécessitent une mastectomie totale avec ablation de la glande et de la peau. Les séquelles physiques sont importantes avec la nécessité de vivre avec l’absence de sein d’un côté. La reconstruction se fait alors à distance pour restaurer du volume.

La restitution du volume se fait à l’aide d’implants mammaires en silicone.

Reconstruction mammaire

Indications

La reconstruction mammaire est un domaine vaste et nécessite une expertise particulière. Le type de reconstruction dépendra de la morphologie de la patiente, de son volume mammaire, du type de cancer, de l’existence d’antécédents de radiothérapie, du volume souhaité, etc…
C’est après concertation avec les gynécologues, oncologues et radiothérapeutes, que le choix du meilleur moment pour reconstruire votre poitrine en toute sécurité sera effectué.

Reconstruction mammaire

Technique

Cette technique permet, lors d’une intervention rapide, de retrouver un volume mammaire (plus ou moins important selon la morphologie et le désir de la patiente). Elle peut être associée (dans les cas de reconstruction secondaire où la peau disponible est insuffisante) à un lambeau musculo-cutané de grand dorsal, un lambeau d’avancée abdominale ou un lipofilling.

L’indication de reconstruction par prothèses dépendra de la morphologie, de l’état cutané et des préférences de la patiente.

Parfois l’utilisation d’une prothèse d’expansion (ou expandeur) qui sera gonflée petit à petit en consultation permet d’obtenir plus de peau pour pouvoir ensuite mettre une prothèse définitive de volume adaptée.

Reconstruction mammaire

Lambeau musculo-cutané de grand dorsal :

Le muscle du dos ainsi qu’une partie de la peau et de la graisse est transféré au niveau du thorax pour restaurer le volume et apporter de la peau pour reconstruire le sein. La cicatrice dorsale est généralement cachée par le soutien-gorge.

Cette technique peut être associée à la mise en place d’une prothèse ou à des séances de lipofilling. Une alternative, le TDAP, préserve le muscle du dos, mais sa vascularisation est moins fiable et le volume apporté moins important.

Reconstruction mammaire

 

Lambeau libre abdominal DIEP :

Le DIEP permet d’utiliser le tablier abdominal pour restaurer du volume et de la peau au niveau du sein. Cette technique permet d’obtenir un volume important, avec un aspect naturel du sein reconstruit en préservant le muscle et en affinant la silhouette.

La cicatrice abdominale, comme lors d’une abdominoplastie, est camouflée par les sous-vêtements.

Le lambeau est vascularisé par une artère et une veine prélevées au niveau de l’aine et rebranchées sur les vaisseaux mammaires internes lors d’un temps microchirurgical sous microscope.

Lambeau libre PAP :

Ce lambeau, prélevé à la racine de la cuisse, peut être utile lorsque le tablier abdominal n’est pas suffisant pour faire un DIEP et que la patiente ne souhaite pas un gros volume. La cicatrice est généralement placée dans le pli sous fessier.

Lipofilling :

Le lipofilling correspond à l’utilisation de graisse, aspirée sur certaines zones du corps, et réinjectée au niveau du sein.

Cette technique est souvent utilisée en complément des autres techniques de reconstruction.

Elle peut dans certains cas être utilisée seule, mais le volume obtenu sera modéré et plusieurs interventions seront nécessaires.

La symétrisation et la reconstruction de l’aréole et du mamelon :

Après avoir restauré le volume du sein, une seconde intervention est généralement nécessaire pour symétriser les 2 seins et reconstruire la plaque aréolo-mamelonnaire.

La symétrisation peut se faire de différentes façons, en réduisant le sein controlatéral, en le remontant ou en augmentant son volume avec du lipofilling. Le sein reconstruit peut lui aussi être harmonisé en augmentant son volume ou en camouflant la prothèse avec du lipofilling.

Enfin, l’aréole et le mamelon sont reconstruits. Soit à l’aide d’un tatouage soit de façon chirurgicale. Le mamelon peut être recréé en utilisant de la peau du sein replié sur elle-même pour donner un relief (lambeau local) soit en utilisant une partie du mamelon controlatéral (greffe de mamelon). L’aréole, quant à elle, est généralement reconstruite grâce à une greffe de peau qui redonne un aspect plus naturel au toucher ou à l’aide d’un tatouage.

Pour les patientes ne souhaitant pas de geste chirurgical, des tatouages 3D permettent d’obtenir un beau résultat pour reconstruire la plaque aréolo-mamelonnaire.

Cancer sein

Reconstruction mammaire

Déroulement de l'opération

Télécharger les fiches d’informations SOFCPRE

Reconstruction mammaire

Questions fréquentes

Oui, la radiothérapie abîme les tissus (peau, graisse, muscle, vaisseaux) et a donc un impact sur la reconstruction. L’utilisation de prothèses reste possible, mais l’utilisation des techniques autologues est préférée.

La reconstruction immédiate permet de reconstruire dans le même temps le sein. Ce type de reconstruction dépend du type et de l’agressivité du cancer. Pour les reconstructions secondaires, il faut attendre au moins 3 mois après la mastectomie ou 1 an après la radiothérapie.

Il n’y a pas de meilleure technique, chaque cas et chaque patiente sont différents.

La candidate idéale pour la reconstruction par prothèse a déjà une prothèse ou souhaite augmenter le volume du sein controlatéral également, et a une peau de bonne qualité, sans antécédent de radiothérapie.

La candidate idéale pour un lambeau de grand dorsal, a un volume mammaire controlatéral modéré, n’est pas très sportive, avec une silhouette assez fine et ne souhaite pas de prothèse.

La candidate idéale pour un lambeau DIEP souhaite un volume important sans prothèse avec un effet naturel et a un tablier et/ou une laxité abdominale suffisante.

La candidate idéale pour le lipofilling ne souhaite pas un gros volume, a une peau de bonne qualité et accepte de devoir réitérer l’intervention plusieurs fois (au moins 3 séances) avant d’obtenir un résultat satisfaisant.

Les récidives sur le sein reconstruit sont rarissimes. Cependant un contrôle régulier reste indispensable, notamment sur le sein controlatéral.

Oui, il est possible de reconstruire les 2 seins lors de la même intervention. En général, on va utiliser la même technique pour les 2 côtés, mais il est possible, en fonction de l’examen clinique, que les 2 techniques diffèrent.

Un 2ème temps de symétrisation ou pour reconstruire l‘aréole et le mamelon est quasiment systématique. Il peut être fait à partir de 3 mois après la 1ère chirurgie. En général, il faut compter 6 à 12 mois après la première intervention pour avoir le résultat définitif.

LE DOCTEUR THOMAS SILHOL VOUS RÉPOND

Vos questions au sujet de la reconstuction mammaire

Posez vos question dans l’encadré “commentaires”. Le Dr Silhol vous répondra dans les plus brefs délais

Laisser un commentaire