You are currently viewing Quand changer ses prothèses mammaires ?

Quand changer ses prothèses mammaires ?

Plusieurs raisons peuvent amener une patiente à devoir changer ses prothèses. L’apparition d’une coque, la rupture de la prothèse, une altération du résultat esthétique ou le souhait de changer le volume.

L’augmentation mammaire par prothèses est l’une des interventions les plus pratiquées dans le monde. Les implants mammaires sont de plus en plus fiables et stables dans le temps, mais leur usure est malheureusement inévitable et la plupart des patientes devront au cours de leur vie changer une ou plusieurs fois leur prothèses mammaires

Changer ses prothèses mammaires en cas de coques

Lors de la pose de prothèses mammaires, le corps crée une fine membrane qui entoure la prothèse, permettant de « l’isoler » du reste du corps. C’est une réaction physiologique de l’organisme à tout corps étrangers (pace maker, port-a-cath,…). Cette fine membrane, est appelée « capsule ».

Avec le temps, cette capsule peut durcir. On appelle alors cela une coque. Cette coque peut selon les cas se démasqué par : un sein dur, un sein douloureux, voire un sein déformé. Il faut alors changer les prothèses en enlevant la coque, c’est-à-dire en effectuant une « capsulectomie totale ».

L’apparition de coques est favorisée par certains facteurs comme le tabac, un hématome, les implants lisses, une rupture de prothèse ou la voie d’abord hémi-aréolaire inférieure.

C’est la complication à long terme la plus fréquente et qui justifiera le plus souvent un changement de prothèses mammaires.

Changer ses implants mammaires en cas de rupture d’implant

Bien évidemment, une des indications de changement d’implant est la rupture ou fissuration de la prothèse. Même si grâce aux dernières technologies, les implants sont de plus en plus fiables et stables dans le temps, les prothèses s’usent et peuvent se fissurer. La rupture peut être asymptomatique, passer inaperçu et être découverte de façon fortuite lors d’un examen radiologique de dépistage par exemple ou bien être symptomatique avec généralement l’apparition d’une coque et la déformation du sein.

Le diagnostic est confirmé par une échographie, une mammographie, une IRM ou un scanner. La rupture peut alors être intra-capsulaire ou extra-capsulaire, c’est-à-dire être limitée à l’intérieur de la capsule ou s’étendre à l’extérieur.

Il faut alors effectuer un changement de prothèses avec généralement une capsulectomie et un lavage soigneux pour éliminer les éventuels résidus de silicone

Changer ses prothèses mammaires en cas d’altération du résultat esthétique

Au cours de sa vie, après une augmentation mammaire par prothèse, le corps continue d’évoluer et la poitrine de changer au gré du temps et des éventuelles grossesses ou modification pondérales. La poitrine peut alors être tombante et ne plus être harmonieuse malgré la présence de prothèses.

Il va falloir alors changer les prothèses et effectuer un lifting mammaire associé à la nouvelle pose d’implants. L’intervention se rapproche alors d’une mastopexie-prothèses avec la nécessité de rajouter généralement des cicatrices pour remonter l’aréole et le sein. Ces cicatrices peuvent être limitées autour de l’aréole ou bien en I voire en T dans les ptoses les plus importantes.

Parfois également, c’est l’apparition d’une coque qui va déformer le sein et le rendre moins harmonieux. Dans ce cas-là, un changement de prothèses avec capsulectomie sera nécessaire.

Changer ses implants mammaires pour modification du volume

Parfois, le changement d’implant peut être demandé par la patiente pour changer le volume des prothèses. La taille initialement choisie lors de la pose de prothèses peut ne plus convenir à la patiente qui désire plus gros (ou, plus rarement, plus petit). Les prothèses sont alors retirées, et de nouveaux implants de taille plus importante sont alors replacés. Ce changement de volume pour plus gros peut également corriger parfois une petite ptose mammaire débutante.

La simulation 3D effectuée lors de la consultation initiale permet de limiter le risque d’insatisfaction sur le volume choisi lors de la première intervention.

En conclusion

Les prothèses mammaires ne doivent pas être changées de façon systématique au bout de 10 ou 15 ans. C’est une modification de l’aspect de la poitrine (suite à une coque, une grossesse, une rupture de l’implant) ou le désir de changer le volume qui va amener le chirurgien à

Laisser un commentaire